Vous êtes ici : Accueil



COMMUNIQUE INTERSYNDICAL DU 17 NOVEMBRE 2018

L’intersyndicale s’est réunie ce vendredi 16 novembre à l’ESPE, en début de soirée, pour une dernière rencontre avec le Recteur et sa délégation. Après 5 jours de grève et de blocage du rectorat, les membres de l’intersyndicale, UNSA-EDUCATION, FSU, SGEN-CFDT, SNETAA-FO Guyane, STEG-UTG et SUD EDUCATION, obtiennent satisfaction sur la base des revendications qui ont motivé ce mouvement, initialement impulsé au niveau national, mais relayé ensuite par de forts enjeux locaux.

Les points évoqués dans la plate-forme de revendications, dont certains reprennent les accords de Guyane, sont acceptés :


- Rentrée 2019 : 186 postes dans le premier degré et 69 dans le secondaire (demande du Recteur auprès du ministère)

- Demande de 25 postes administratifs (engagement du Recteur auprès du ministère)

- Remontée des réels besoins humains pour le recrutement de psychologues, d’assistants sociaux, d’infirmiers

- Résorption des emplois précaires en favorisant la formation et les conditions d’accès aux concours

- Mise en place d’un suivi régulier concernant la gestion des non-titulaires

- Recrutement d’un conseiller prévention relayé dans les établissements par des référents enseignants

- Déploiement et redynamisation des comités d’hygiène et de sécurité (CHS) dans les établissements administratifs et scolaires

- Mise en place de groupes consultatifs de travail sur les thèmes retenus : affectation et formation des personnels, évaluation et progression de carrière et recalibrage des besoins en fonction des retards constatés à l’échelle du territoire guyanais

- Abrogation de la circulaire concernant les sorties scolaires avec effet immédiat. Cette directive obligeait les personnels de l’éducation nationale à demander les papiers d’identité et cartes de séjour aux élèves.

En outre, aucune retenue sur le salaire ne sera effectuée pour les grévistes et aucune poursuite judiciaire ne sera intentée à l’encontre des acteurs du mouvement.

Enfin, cette victoire est à mettre au compte du travail collaboratif privilégié au sein de l’intersyndicale. Toutes les organisations présentes ont oeuvré pour faire aboutir des revendications légitimes ayant pour objectifs :

l’amélioration des conditions de travail des personnels, de scolarisation des jeunes accueillis et la réussite de toute la jeunesse de Guyane. L’unité dans la lutte a porté ses fruits et l’intersyndicale veillera à ce que le suivi des engagements pris soit effectif.



L’intersyndicale.

La section SNES-FSU                                      Rémire-Montjoly, le 6 novembre 2018

du lycée L.G.DAMAS

 

                                             

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

La section SNES-FSU du lycée L.G. Damas apporte son soutien aux revendications de fond exprimées par les lycéens sur le nécessaire accompagnement des élèves en situation de handicap.

 

Nous dénonçons l’inertie des pouvoirs publics dans l’application de la loi :

— la CTG, propriétaire des établissements qui ne sont pas en mesure d’accueillir dignement des personnels et des élèves en situation de handicap.

— le Rectorat qui ne prend en charge le recrutement et la formation des personnels que dans l’urgence.

— la Préfecture qui ne joue pas son rôle de coordination des politiques publiques.

— les députés qui ne se saisissent pas de cette question.

 

Nous dénonçons la passivité de ces responsables qui ne font rien pour s’engager ensemble auprès des élèves, des parents d’élèves et des citoyens pour avancer et construire une Guyane plus juste et solidaire.

 

Nous sommes atterrés de constater que le lycée DAMAS devient le bouc émissaire d’une campagne de dénigrement.

C’est l’un des très rares établissements de Guyane à accueillir des élèves en situation de handicap et il doit se battre en permanence pour obtenir le minimum de moyen des pouvoirs publics.

 

Nous appelons les élèves à s’engager pleinement dans les instances (Conseil de vie lycéenne, Conseil d’administration...), dans les associations et dans les syndicats pour interpeller les pouvoirs publics et inscrire leur lutte dans le long terme pour la Guyane et pour les lycéens.

 

Pour la section

 

Christophe BOUCHY

Le Snes-FSU a débuté le dernier Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) avec la déclaration suivante :

« Une courte déclaration en soutien sans réserve à nos collègues œuvrant dans les lycées professionnels : l’apprentissage pré-bac est genré et socialement discriminant. Pour le SNES et la FSU, la place des jeunes de moins de 18 ans est au lycée, dans le cadre d’une scolarisation (et non seulement d’une formation, comme le prévoit le plan pauvreté) obligatoire portée à 18 ans. Il importe donc d’investir pour que les trois voies du lycées permettent des formations d’égale reconnaissance sociale. La réforme proposée, qui diminue les horaires de cours des élèves des lycées professionnels, est socialement injuste. Nous voterons contre.

Pour les mêmes raisons de justice sociale, nous continuons à dénoncer le démantèlement de l’ONISEP par la destruction de son réseau de DRONISEP. Avec la disparition programmée des CIO et la dilution des missions des PsyEN ÉDO, c’est la porte ouverte au privé et le risque d’enfermement territorial des jeunes. La suppression du cadre national n’est pas dans l’intérêt des jeunes ni des familles. »

Vous trouverez ci-dessous les horaires de permanence du Snes Guyane, à Cayenne et à Saint-Laurent du Maroni, pour l’année 2018-2019.

Local
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Cayenne
8h-12h30
et
14h-17h
8h-12h30
et
14h-17h
8h30-12h30

8h-12h30
et
14h-16h30
8h30-12h30
et
14h-16h30
Saint-Laurent du Maroni
17h-18h30
10h-13h30
16h-18h
8h-11h
10h-12h30
10h-12h30

Si vous souhaitez nous rencontrer en dehors des horaires de permanence, vous pouvez prendre rendez-vous par mail ou par téléphone.

Vous désirez vous syndiquer en ligne au Snes ? C’est possible en cliquant sur le lien ci-dessous :

Réadhésion en ligne

Adhésion en ligne (pour les nouveau adhérents)

Vous trouverez en document joint à cet article les barèmes de cotisations par catégorie et échelon et la fiche d’adhésion. Le paiement de la cotisation peut se régler en 10 mensualités, par chèque ou en ligne par carte de crédit.

La cotisation syndicale fait l’objet d’un crédit d’impôt à hauteur de 66%. Les personnes non imposables reçoivent un chèque de remboursement.

Exemple : Un AED paie 39 € pour l’année. Après crédit d’impôt sa cotisation est ramenée à 12,90 € (un peu plus de 1 € /mois sur l’année).


Le SNES ne fonctionne que grâce aux cotisations de ses adhérents. Se syndiquer c’est aussi apporter sa contribution, dans l’intérêt de la profession.

AGENTS NON TITULAIRES

Le montant de votre cotisation est déclaratif et lié à votre traitement brut (voir fiche de paye). Pour connaitre le montant brut qui définit votre cotisation, vous lisez la première ligne "101000 Traitement brut" (première ligne encadrée en rouge sur l'exemple ci-dessous). Le résultat vous donne l'intervalle qui fixe votre cotisation dans le tableau.

Exemple : le traitement brut est de 1 720 €. L'intervalle est celui de la 4ème tranche de 1 701 € à 2 000 €. Le montant de votre cotisation est  de 130 €. Avec le crédit d'impôt (66% remboursés) votre cotisation vous coûtera 44,20 € soit environ 3,70 € par mois sur l'année.